VENEZ PARTICIPER AU FORUM DE LA SOCIÉTÉ D’ÉTUDES ET DE RECHERCHES EN PHILOSOPHIE DE L’HISTOIRE (S.E.R.P.H.) À L’ADRESSE FACEBOOK : https://www.facebook.com/groups/SERPH/?pnref=story

POSEZ DES PROBLÉMATIQUES,
SUGGÉREZ DES DÉBATS,
RÉPONDEZ ET INTERVENEZ DANS LES DISCUSSIONS EN COURS.
C’EST GRATUIT, ET POUR AUTANT QUE VOUS VOUS INTÉRESSEZ AUX QUESTIONS DE CIVILISATIONS, DE CULTURES, DE SOCIÉTÉS, IL VOUS SERA POSSIBLE D’ÊTRE UN SPECTATEUR ENGAGÉ DANS LE MONDE EN CE PREMIER XXIe SIÈCLE.

samedi 7 mai 2011

Une histoire de Saint-Jean-sur-Richelieu. Bibliographie - Table des Matières


Saint-Jean-sur-Richelieu
Sommaire:

Présentation
L’Âge Militaire (de la découverte au siège de 1775)
http://jeanpaulcoupal.blogspot.ca/2014/12/une-histoire-de-saint-jean-sur_19.html
L’Âge de Croissance (Saint-Jean-Dorchester)
http://jeanpaulcoupal.blogspot.ca/2014/12/lage-de-croissance.html
L’Âge du prestige (1840-1940)
            Les très riches heures des industriels Farrar (1840-1876)
http://jeanpaulcoupal.blogspot.ca/2014/12/une-histoire-de-saint-jean-sur_17.html
            Les très riches heures de Félix-Gabriel Marchand (1876-1905)
http://jeanpaulcoupal.blogspot.ca/2014/12/une-histoire-de-saint-jean-sur_16.html
            Les très riches heures de la Singer (1905-1945)
http://jeanpaulcoupal.blogspot.ca/2014/12/une-histoire-de-saint-jean-sur_15.html
L’Âge de la Némésis (1945 à nos jours)
http://jeanpaulcoupal.blogspot.ca/2014/12/une-histoire-de-saint-jean-sur.html
Bibliographie et Table des Matières
http://jeanpaulcoupal.blogspot.ca/2011/05/une-histoire-de-saint-jean-sur-richelieu.html 



UNE HISTOIRE DE SAINT-JEAN-SUR-RICHELIEU

PRÉFACE, 2017

Si je remets aujourd'hui les textes d'Une histoire de Saint-Jean-sur-Richelieu, ce n'est sûrement pas pour rendre hommage à une population dont l'absence de dignité et d'honneur est tout à mon avantage.

Ce texte, je le remets pour les historiens, les anthropologues de l'avenir, tous ceux qui s'intéresseront à une ville dont le nom aurait pu (et dû) être fictif. Depuis 50 ans, les édiles de Saint-Jean-sur-Richelieu sont le pire ramassis de corrompus politiques qui phagocytent les budgets municipaux ou entourent les députations, tant au provincial qu'au fédéral. Totalement vidés de toute intelligence, de tout projet pour ressourcer leur patelin endormi au gaz, plutôt que de faire une édition livre de ce texte, ont gaspillé les fonds publics à une murale sans intérêt qu'ils n'entretiendront pas plus qu'ils n'ont entretenu jusqu'ici leur patrimoine historique.

On pourra dire que personne ne m'a rien demandé. Et c'est vrai. Qu'on ne m'a jamais promis ni salaire, ni emploi, ni quelques fonctions pour profiter de mes mérites. Et c'est vrai. On pourra dire qu'on a préféré piller ces ouvrages plutôt que de les valoriser. Et c'est vrai. On pourra dire également que toute la population de la ville ne doit pas souffrir de la négligence douteuse de ses édiles tant elle a, par certains, manifester une bonne volonté aussi ostentatoire que vaine. Et c'est encore vrai. Mais cela ne change rien à ce que je viens d'écrire. Cinquante ans de saloperies municipales témoignent en ma faveur.

Aussi, restera-t-il aux historiens et aux anthropologues de l'avenir un modèle afin de réfléchir et comprendre comment une ville québécoise naît, se développe, dépérit et meurt. Car Saint-Jean-sur-Richelieu est une ville sans attrait, morte, vieillie dans ses façades gelées. Les citoyens les plus riches s'amusent à jouer aux personnages historiques en faisant des soupers fins sur le Pont Gouin ou en faisant du radicalisme péquiste au nom d'une identité qu'ils n'ont même pas su conserver pour leur ville et prétendent défendre pour l'ensemble du Québec. Autant d'hypocrisie et de mauvaise volonté me font plaindre ceux qui demeurent encore dans ce trou noir ou pour respirer, vaut mieux s'expatrier et faire ce que l'on a à faire en s'adaptant une identité autre qui, au moins, aura un écho respectable.

Quoi qu'il en soit, et je ne m'étendrai pas sur des ressentiments vains. La ville de Saint-Jean-sur-Richelieu m'écoeure et à la manière de Gide, je terminerai sur ces mots : Johannais, je vous hais.

Jean-Paul Coupal
17 mars 2017

BIBLIOGRAPHIE

Auclair, Maurice. Guide historique de la Vallée du Richelieu, s.v., s.é., s.d., 56 p.

Brosseau, Jean-Dominique. Saint-Jean-de-Québec, Saint-Jean, Éditions du Richelieu, 1937, 320 p.

Cadieux, Pierre-B. Croisière… sur le Richelieu historique, Saint-Jean, Mille Roches, 1977, 48 p.

Cadieux, Pierre-B. Les constructions militaires du Haut-Richelieu, Saint-Jean, Mille Roches, 1977, 128 p.

Cahiers de la Société d’histoire du Haut-Richelieu. Vol. 1, No. 1983, 40 p.

Castonguay, Jacques. Les défis du fort Saint-Jean, Saint-Jean, Éditions du Richelieu, 1975, 190 p.

Cinq-Mars, François. L’avènement du premier chemin de fer au Canada, Saint-Jean-sur-Richelieu, Mille-Roches, 1986.

Collectif. Saint-Jean : 125 ième, Le Canada-Français, éd. 21/11/73, pp. 67 à 86.

Évêché de Saint-Jean, Le diocèse de Saint-Jean-de-Québec, s.v. s.é. 1959, 216 p.

Fortin, Lionel. Félix-Gabriel Marchand, Saint-Jean, Mille Roches, 1979, 249 p.

Fortin, Lionel. Le maire Nelson Mott et l’histoire de Saint-Jean, Saint-Jean, Mille Roches, 1976, 112 p.

Fortin, Réal. Bâteaux et épaves du Richelieu, Saint-Jean, Mille Roches, 1978, 176 p.

Fortin, Réal. La guerre des Patriotes : le long du Richelieu, Saint-Jean, Mille Roches/S.N.Q., 1988, 286 p.

Fortin, Réal. Poterie et vaisselle Saint-Jean et Iberville, Saint-Jean, Mille Roches, 1982.

Fortin, Réal. Un chemin plein d’histoires, 9e cahier de la Société historique de la Vallée du Richelieu.

Foucher, Antoine. Le journal du célèbre siège de Saint-Jean, Saint-Jean, Éditions Le Canada-Français, 1975, 28 p.

Gaudette, Jean. L’émergence de la modernité urbaine au Québec. Saint-Jean-sur-Richelieu 1880-1930, Québec, Septentrion, 2011, 274 p.

Labelle, Yvonne. Monographie d’Iberville, 7 cahiers, Iberville, Champagnat, 1968…

Lanciault, Michel. Découvorns Saint-Jean ville historique, Ministère des Affaires culturelles, Direction générale du Patrimoine, 1978, 274 p.

Office du tourisme du Haut-Richelieu. Le Haut-Richelieu, Le Canada-Français, 12/12/79, pp. 8 à 16

Proulx, Jérôme. Le panier de crabes, Montréal, Parti Pris, 1971, 208 p.

S.a. Saint-Jean, Saint-Luc, Iberville, Montréal, Société d’Éditions montréalaises, 1976, 384 p.

Signori, Dominique et Laforest, Maurice. Une Église, une Cathédrale: Saint-Jean l’Évangéliste, Saint-Jean, Mille Roches, 1980, 64 p.

Tanguay, Roch et Théberge, Jean-Yves. …à pied dans le Vieux Saint-Jean, Saint-Jean, Mille Roches, 1978, 120 p.

Théberge, Jean-Yves. Le patrimoine, entre le grenier et la cave, Le Canada-Français, 23/6/76, pp. 74 à 79.

Vincent, Pierre. Pourquoi ne pas faire de la «Vallée des Forts» du Richelieu un genre de «Vallée de la Loire»?, La Presse, 18/6/79, p. C-1.

Consultations d’hebdomadaires Le Canada-Français, Le Richelieu, etc.


TABLE DES MATIÈRES

Présentation

Survol historiographique.

L’Âge Militaire

L’histoire, c’est d’abord de la géographie.
La rivière Richelieu.
Flore et faune régionales.
La vocation agricole naturelle de la Vallée du Richelieu.
Histoire géologique de la Vallée du Richelieu.
Le Richelieu, drain de la Mer de Champlain.
L’établissement des Amérindiens.
Pénétration de la Vallée du Richelieu par les Français.
Après les militaires, les missionnaires.
Les débuts de la vocation militaire de Saint-Jean.
Le fort Sainte-Thérèse.
Le fort L’Assomption ou fort Saint-Jean. 1666.
Clément Sabrevois de Bleury et le four à goudron.
Les premiers colons sous le Régime français.
Le Fort aux Marangouins.
Le Chemin de Saint-Jean.
Le fort Saint-Jean et la Guerre de la Conquête.
Querelles entre Christie et Hazen.
Bilan du peuplement.
Résistance du Fort Saint-Jean lors de l'invasion américaine. 1775.
Après-coup de l’occupation américaine.
Notes.

L’Âge de Croissance

Le fort Saint-Jean comme chantier naval.
L’arrivée des Loyalistes au fort Saint-Jean.
Intrigues étrangères à la frontière canado-américaine.
Les premiers trains de bois.
La naissance de Dorchester.
Dorchester : ville mal-famée.
L'arrivée des frères Marchand.
Indices d’une maturation certaine.
Dorchester au sein de l’organisation politique du Bas-Canada.
La guerre de 1812-1814.
Les églises protestantes.
Fondation de la paroisse Saint-Jean-l'Évangéliste.
Premiers instituteurs.
Croissance de la première économie locale.
Le pont Jones.
Première poussée démographique.
Amélioration du transport routier.
Première révolution dans les transports : le chemin de fer.
Seconde révolution dans les transports : le canal de Chambly.
Les Troubles de 1837-1838 et le coup de force de Denis-Benjamin Viger.
Un Patriote d’opérette. Félix Poutré.
Actes législatifs concernant Dorchester.
La municipalité de Paroisse Saint-Jean-L’Évangéliste et le duel entre les Trente propriétaire-fondateurs et le notaire Démaray.
Le maire Nelson Mott et la fondation du village de Saint-Jean.
Aspect de Dorchester au milieu du XIXe siècle.
François Bourassa, député au Parlement du Canada-Uni.
L’auto-détermination comme facteur du dynamisme de Dorchester.
Notes.

L'Âge du Prestige § 1.

Les Très Riches Heures des industriels Farrar

Un Siècle d’Or.
État démographique de Saint-Jean pour l'ensemble de l'âge de prestige.
Poursuite du commerce maritime.
Un modèle de commerce : Mott & Pattee.
Essor commercial.
Une rue remplie d’hôtels.
La Place du Marché.
Implantation des premières banques.
Les moulins Langelier et Bousquet.
Les grandes poteries de Saint-Jean.
Premiers maires de Saint-Jean.
L'apparition de la presse à grands tirages.

Établissement de la circonscription judiciaire.
Fondation d’une branche de la Société Saint-Jean-Baptiste. 1867.
Saint-Jean lors de la Guerre civile américaine (1861-1865).
La menace fenian.
Charles-Joseph Laberge et l’opposition à la Confédération (1867).
François Bourassa persiste à la tête du comté fédéral de Saint-Jean.
Félix-Gabriel Marchand (1832-1900).
Un Yankee à Saint-Jean.
L’aqueduc Molleur.
Le premier asile psychiatrique de l'ouest du Québec - Le docteur Henry Howard.
Le meurtre des femmes Bizaillon.
Un guide d’affaires en 1867.
Évolution de la cure de la paroisse Saint-Jean-l'Évangéliste.
Progrès dans l’éducation.
Développement des œuvres de charité.
Le pont du Central-Vermont.
Le «Grand Feu» du 18 juin 1876.
Notes.

L'Âge de Prestige § 2.

Les Très Riches Heures de Félix-Gabriel Marchand

La relève de la ville.
Premier service téléphonique.
Accroissement de l'industrie hôtelière.
Crise agricole et déclin du port de Saint-Jean.
La poterie MacDonald.
Prolétarisation et début du mouvement ouvrier.
Origine des activités financières à Saint-Jean.
Louis Molleur (1828-1904).
La Banque de Saint-Jean.
Les municipalités.
Bourassa, Béchard, Tarte.
La marche de Marchand vers le pouvoir.
Félix-Gabriel Marchand, Premier ministre et son projet de Ministère de l’Éducation.
Mort de Félix-Gabriel Marchand. 25 septembre 1900.
Évolution de la paroisse sous le curé Aubry.
Éducation fin-de-siècle.
Hôpital de la rue Longueuil.
Pompes funèbres et cimetières.
Du Franco-Canadien au Canada-Français.
Saint-Jean 1900 : les Gaietés johannaises.
Joséphine Marchand-Dandurand : une éducation libérale au XIXe siècle.
L'opéra Black de Saint-Jean.
Nouvelles voies ferrées et nouvelles gares.
Premiers parcs de verdure.
Un scandale de mœurs qui fait jaser.
Second incendie dévastateur. 1904.
Notes.

L'Âge de Prestige § 3.

Les Très Riches Heures de la Singer

L'implantation de l'usine Singer à Saint-Jean.
Affluence d’entreprises industrielles étrangères et création d’industries locales.
La mutation des usines de poteries sanitaires.
Dur éveil du mouvement ouvrier.
Le trauma Singer.
Fermeture de la Banque de Saint-Jean.
Arrivée des grandes banques étrangères.
Des commerces. Gros et Petits.
Crise dans le monde agricole.
La Fée Électricité.
Reprise des activités militaires avec la Grande Guerre.
Les maires de Saint-Jean de la première moitié du XXe siècle.
Députation fédérale au milieu du XXe siècle.
Un député de Saint-Jean termine sa carrière en prison.
Impromptus dans le comté provincial de Saint-Jean.
Deux nouvelles paroisses.
Harmonie de la vie religieuse à la paroisse de Saint-Jean.
Création du diocèse de Saint-Jean (1933) et vie diocésaine.
Nouvelles écoles.
La querelle du Collège de Saint-Jean.
La Villa des Pères Jésuites à Saint-Jean.
Développement des services de santé.
Arsène Bessette et son roman, Le Débutant.
Louis-Omer Perrier à la barre du Canada-Français.
Apparition de l'hebdomadaire Le Richelieu.
La Radio.
Centres d’informations.
L'apparition de l'automobile à Saint-Jean.
Une nouvelle forme de pollution.
Le pont Gouin.
Visiteurs célèbres de passage à Saint-Jean.
Des activités sportives à Saint-Jean.
La pendaison d’Henry Frazer.
Une affaire scabreuse : le meurtre de Gratia Marcil.
Heures de crise.
La fin d’une époque paisible.
Notes.

L’Âge de la Némésis

La Némésis de la créativité.
Déplacement du cœur géographique de Saint-Jean.
Rivalités entre commerces aux détails et grandes surfaces.
L’affaire Westcliff.
La longue agonie de la Singer.
Les Longtin et les Savoy.
Le Village suisse comme projet de développement immobilier lié à une entreprise étrangère.
L'époque de la Westinghouse.
La fin de l’ère industrielle.
Histoire syndicale et luttes ouvrières.
Le fantôme à la charrue.
Le fantôme à l’épée.
Le spectre aux ballons.
Le gouvernement municipal.
La députation fédérale depuis 1945.
Le mandat de Paul Beaulieu, député de l’Union Nationale.
Beaulieu, Ministre de l’Industrie et du Commerce.
La députation provinciale depuis 1960.
Les référendums de 1980 et 1995 dans le comté de Saint-Jean.
Presse et radio locales.
Déclin de la pratique religieuse.
Des écoles : petites et grandes.
Ancien et nouvel hôpital de Saint-Jean.
Scènes de la vie criminelle de Saint-Jean.
Appétit sportif des Johannais.
La vie culturelle d'après-guerre.
La crise du verglas, janvier 1998.
La crue du Richelieu, avril 2011.
Poétique spatiale 1940.
Poétique spatiale 1960.
Conclusions
Notes.

Bibliographie

Table des Matières

28 commentaires:

  1. J'ai mis en ligne sur mon blogue un lien vers ce passionnant portrait.

    Merci.

    J'ajoute que la photo de la tour de la Singer qui tombe a été prise par Marc Caya. Quant à celle, juste à côté, qui montre la Singer sous un oeil mystérieux, est le travail du jeune et talentueux photographe Simon Lachapelle.

    RépondreSupprimer
  2. Felicitations pour l'excellent travail de recherche. Tres belles cartes postales et superbes photos.

    RépondreSupprimer
  3. Tres bien Jean-Paul. Merci.
    Je cherchais le nom du parc en face de ma maison d'enfance 162 de la rue Latour. Ce qui m'a amene ici par le lien du "passage du Capitaine Bonhomme en 1965!" donc j'ai aussi temoingne. J'avais 2 ans me souviens encore. Je cherchais aussi des photos avant/apres de l'incendie de la Centrale Catholique, communement nomme "La Villa" dans le quartier NDA. Je n'en ai point trouve. Ciao

    Mike

    angelique97@hotmail.com

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On aura donc été ensemble au même endroit au même moment, sauf que j'étais de quelques années plus vieux. C'est quand même extraordinaire que tu t'en souviennes, alors que tu n'avais que deux ans. En ce qui concerne la Centrale catholique, c'est différent de La Villa. La Villa, c'était celle des Pères Jésuites (ils y tenaient des retraites, au bord de l'eau). Elle se dissimulait derrière des arbres et on y voyait émerger une tourelle. Elle a été incendié après que les Jésuites l'eurent désertées, dans les années 70 et on a construit sur les lieux un édifice en hauteur, pour les gens âgés je crois. La Centrale catholique, c'était au centre-ville, rue St-Jacques, l'édifice je pense, existe toujours (je ne suis pas venu au centre-ville de St-Jean depuis plus de 10 ans). Alors, merci beaucoup Mike de nous rappeler ces souvenirs. Ciao.

      Supprimer
  4. Rien de mieu que WOWW !|

    RépondreSupprimer
  5. Je suis CHEF cuisinier à
    la Vieille Auberge des 3 Rives 297 rue richelieu
    j'ai bien aimé ce que j'ai lu.
    Moi je cherche à savoir qui était le propriétaire de ce batiment dans les années 1867
    ou avant. c'est pour le montage d'un document qui ce trouve à la fin de mon MENU.
    Passez me voir, je suis sur place du JEUDI au DIMANCHE de 15h00 à 21h00
    Si vous êtes capable de trouver ça, voici mon couriel.
    cuistomania@hotmail.com
    merci d'avance,
    Jean Claude B

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hélas, je ne réside plus à Saint-Jean depuis 1978. Il est possible toutefois de consulter les cadastres des années 1860 à l'Hôtel de ville, dépendant de l'état de la tenue des archives. Si nous avons les cadastres depuis 1770, celui des années 1860 devrait y être. Par contre, il ne faut pas oublier que le Grand Incendie de 1876 a dû détruire le restaurant puisque les deux côtés de la rue ont été ravagés, du viaduc de CN à la rue Saint-Charles. Si cette voie s'avère stérile, il est possible de consulter les exemplaires du Franco-Canadien de 1867 conservés à la bibliothèque de la Société historique du Haut-Richelieu (à l'ancien bureau de poste coin Longueuil/St-Jacques.

      Il faut de la recherche, c'est l'occasion d'un emploi étudiant propre à une jeunesse qui a faim de connaître l'histoire de son passé, comme vous qui êtes chef et fasciné par l'origine de votre commerce.

      Je sais que ma synthèse est déficiente sur bien des points, mais on ne peut retracer l'historique de tous les bâtiments d'une ville, à moins d'être soutenu par une institution de recherches. Il est impensable que les villes, qui sont en voie de fusions et de satellisations du Grand Montréal, n'investissent pas dans le patrimoine local. Comme je le regrette, les édiles de Saint-Jean ont sacrifié le patrimoine architectural entre 1970 et 1980, de sorte que les rares fois où j'ai été à Saint-Jean, je me sentais dans une ville étrangère. Vous êtes chef et vous aimez votre restaurant. Vous voulez vous inscrire dans une tradition johannaise, vous avez une conscience historique honorable et c'est tout à votre honneur. Malgré l'aspect désagréable de la tâche, je vous encourage à l'accomplir.

      Bien à vous.

      Jean-Paul Coupal

      Supprimer
    2. Bonjour M. Jean-Claude B, je cherche à entrer en contact avec le propriétaire de la bâtisse de la Veille Auberge des Trois Rives, pouvez-vous m'aider? igingras25@hotmail.com

      Supprimer
  6. Merci, M.Coupal pour le colossal travail de recherche que vous avez effectué et pour l'excellente rédaction de cette histoire qui nous rend la lecture si passionnante! J'ai beaucoup appris sur l'histoire de ma région (moi-même native d'Iberville). Vous avez toute mon admiration!

    RépondreSupprimer
  7. commentaire du 22 avril 2012, 11h:42

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Mme Dubuc, c'est très gentil, votre commentaire me fait particulièrement chaud au cœur par cette journée triste et grise. Ce sont des mots comme les vôtres qui me font oublier toutes les peines qu'on peut mettre pour écrire un tel travail. Merci.

      Supprimer
  8. Merci M.Coupal,pour cet ouvrage qui m'a replongé dans mon enfance et d'une bonne partie de ma vie,étant émigrant Belge et ayant véçu a Saint Jean avant mon retour en Belgique,cet ouvrage m'a permi de mieux comprendre l'historique de cette belle ville la ou j'ai laissé tant de beaux souvenirs.Votre travail m'a complètement séduit.Merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je souhaite que vous conserviez toujours ces bons souvenirs, car sûrement il y a des gens dans la région qui doivent se rappeler agréablement de vous. Si l'occasion s'offre à vous de revenir au Canada, ne serait-ce qu'en simple touriste, n'hésitez pas à repasser par Saint-Jean. Il n'y aurait que son décor naturel et ce serait déjà un enchantement pour les yeux. Merci pour votre charmant commentaire.

      Supprimer
  9. Bonjour M. Coupal,

    Votre texte est fantastique, j'y reviendrai plus tard, je n'ai pas terminé. En attendant je me pose la question suivante après avoir cherché bien entendu sans succès. Le savez-vous, vous ce qu'il y avait sur St-Joseph, au coin de Séminaire, juste derrière une ancienne usine où on a fait des lofts, sur la rue St-Louis, entre la quincaillerie Berger (Rona) et BMR , il y a un petit "stand" de prière cloturé, avec statue de la vierge à Fatima. On ne l'a pas installé là entre ces deux quincaillers, il date d'avant, pour sûr !

    Je joins une photo

    http://hpics.li/ca0057e

    Merci pour vos lumières

    RépondreSupprimer
  10. L'édifice à condo, derrière, c'est l'ancienne Cluett Peabody, où l'on fabriquait des chemises. L'aspect de la niche montre, en effet, qu'elle ne date pas d'hier, mais a-t-elle toujours été située là? Une donation. À l'image des anciennes croix de chemin qui servait aussi d'ex-voto pour protéger les voyageurs sur les routes désertes. Avant 1966 - la quincaillerie Berger était alors un I.G.A. - le prolongement du boulevard du Séminaire était tracé en pleine savane. Son but était de se diriger vers Saint-Luc et rejoindre le chemin qui menait à Laprairie et à Montréal. Seules les autobus l'empruntaient. Le gouvernement acheta les terrains à proximité pour y construire le nouvel hôpital et la polyvalente Racicot. Ça ne répond pas à votre question, mais cette mise en contexte montre qu'il y avait beaucoup de présence religieuse. Ainsi, la «croix de Jacques Cartier» qui était érigée devant l'école Notre-Dame Auxiliatrice (pour garçon, devenue par après le site de la Commission scolaire). Le fait d'avoir choisi le thème de Fatima, plutôt que Lourdes peut indiquer que la niche aurait été érigée pour célébrer la date d''apparition de 1917 (1927 à 1967). Désolée.

    RépondreSupprimer
  11. Merci de cette explication, c'est déjà beaucoup, je ne trouvais pas le nom de la compagnie qui était située où se trouve les lofts St-Louis et ignorais complètement qu'un IGA était en face du nouveau IGA, avant. Tu es une mine d'information. Merci ! Je ne suis pas native d'ici comme je te disais mais j'adore cette ville. J'aime me promener dans le Vieux St-Jean et savoir qu'il s'est passé plein de choses à cet endroit, c'est magique.

    RépondreSupprimer
  12. Oui, surtout si tu as un appareil portable, tu peux regarder les photos originales de Pinsonnault qui fut l'un des plus grands photographes du début du XXe siècle, non seulement de Saint-Jean, mais du Québec. Ses photos étaient imprimées sur cartes postales couleurs et donne une vision de ce que fut Saint-Jean avant les grandes démolissions des années 70. Faire les rues du vieux Saint-Jean en synchronisant avec ces images sur l'article - avant / maintenant - c'est une véritable visite guidée. J'espère que les élèves du secondaire ou du cégep apprendront à bien l'utiliser.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je prends peu de photo mais je vais sur Google map, comme j'ai fait ici, les photos datent de 2011. Les cartes postales de Pinsonneault c'est un trésor.

      Supprimer
    2. Les commentaires ne prennent pas les images. Mais je suis sûr que ce sont de belles photos.

      Supprimer
    3. Les commentaires ne prennent pas les images. Mais je suis sûr que ce sont de belles photos.

      Supprimer
  13. je voulais dire comme le lien que j'ai mis plus haut, l'image de la vierge à Fatima que j'ai hébergée. J'ai hébergée l'image et non la vierge comme de raison.

    RépondreSupprimer
  14. Merci pour ce beau moment d'histoire de notre chère ville qui, on le sait, eue la vie dure par moment...

    RépondreSupprimer
  15. Ce texte ne peut vraiment être beau que s'il trouve des lecteurs pour l'apprécier. De tous ces moments durs, je ne pense qu'aucun ne fut aussi grand que la perte de la poétique de l'espace amorcée depuis les années 70. Ce fut d'abord le visage des rues, la silhouette de la ville, ses bâtiments que l'on a détruit pour des projets chimériques qui n'ont jamais vu le jour. Aujourd'hui, il semblerait que ce soit au tour des arbres, des lieux enveloppés par la végétation d'un climat généreux que l'on se montre prêts à anéantir pour des projets immobiliers ou autres bâtiments unidimensionnels propres aux banlieues laides de Montréal. Johannais, qu'avez-vous fait de l'âme de votre ville?

    RépondreSupprimer
  16. Merci de m'avoir fait connaître une petite facette cachée de mon arrière grand-père, Édouard Bourgois. J'aimerais bien en connaître davantage.

    Christiane Bourgeois

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une vieille et noble famille de Saint-Jean. Commerçant, maire et participant actif au moment même où Dorchester devenait la municipalité de Saint-Jean. Oui, il y aurait tant de monde sur lesquels on aimerait savoir des choses. Que peut-on ressusciter de toutes ces époques; voilà pourquoi il est indispensable d'encourager l'historiographie locale auprès des jeunes, non seulement comme une activité parallèle ou distrayante, mais comme une nécessité de la conscience collective. Merci, Mme Bourgeois.

      Supprimer
  17. svp me contacter
    do.richer@ville.saint-jean-sur-richelieu.qc.ca
    merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vous ai fait parvenir un courriel. S'il arrivait, par malheur, que vous ne puissiez me contacter, voici mon adresse électronnique: jeanpaulcoupal@cooptel.qc.ca

      Supprimer